Wendake aura son CHSLD

Le CHSLD comptera 24 places. (Crédit : Conseil de la Nation huronne-wendat)

La Nation huronne-wendat pourra bientôt bénéficier d’un CHSLD de 24 places. L’octroi d’un montant de 6,8 M$ par le gouvernement du Québec permettra de débuter la construction du bâtiment. Cela permettra aux aînés de Wendake qui nécessite des soins particuliers de pouvoir demeurer dans la communauté. Cet investissement s’annonce sur fond de débat constitutionnel.

Le CHSLD sera réalisé dans le cadre du projet Tortue, un projet dont l’objectif est d’offrir un ensemble de soins de santé à la population de Wendake. Le Grand Chef, Konrad Sioui, se réjouit de l’annonce de ce financement. « C’est une grande barrière qu’on vient de franchir aujourd’hui sur le plan constitutionnel, sur les responsabilités des provinces vis-à-vis le fédéral […] Le gouvernement de monsieur Couillard démontre aujourd’hui qu’il était capable d’agir » a-t-il dit en point de presse. Québec offrira aussi un montant maximal de 1,2 M $ par année pour assurer le maintien des opérations.

Des emplois pour la communauté
La réalisation du projet de CHSLD permettra bien évidemment de créer des emplois pour les Hurons-Wendat. En plus du personnel médical et administratif, le gouvernement a annoncé une dérogation pour permettre aux médecins hurons-wendat en formation de revenir pratiquer directement dans la communauté s’ils sont intéressés. Ils sont actuellement 16.

Débat constitutionnel
Étant donné que les services de santé offerts aux autochtones sont de juridiction fédérale, le gouvernement du Québec prend les devants et demandera à Ottawa de lui rembourser les sommes investies. « On va la faire la bataille, mais aujourd’hui, c’est important pour nous de poser ce geste pour des citoyens qui sont du Canada à part entière comme tout le monde » dit le ministre de la Santé Gaétan Barrette. Il mentionne que la réconciliation passe par des gestes comme celui-ci et qu’Ottawa doit prendre ses responsabilités et investir dans les services pour les Premières Nations.

gaetan-barrette.jpeg

Le ministre de la Santé se dit prêt à mener une bataille juridique. (Crédit : David-Alexandre Vincent)

Les responsables du projet espèrent pouvoir donner la première pelletée de terre d’ici l’automne.

À propos de l auteur