Perry Bellegarde à la tête de l’Assemblée des Premières Nations

Perry Bellegarde est à la tête de l’APN pour un deuxième mandat. (Crédit : Facebook / Newocapowetung Anishnabe)

L’Assemblée des Premières Nations sera à nouveau dirigée par Perry Bellegarde pour les trois prochaines années. Celui qui se présentait afin d’obtenir un deuxième mandat a récolté 62,8 % lors du deuxième tour.

Le deuxième tour de scrutin a été nécessaire, puisque Bellegarde n’a su atteindre le 60 % réglementaire pour être élu à la tête de l’Assemblée des Premières Nations qu’à ce moment. L’organisation, qui sera à nouveau dirigée par cet ancien de la Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan, vise à défendre les intérêts des Premières Nations principalement auprès d’Ottawa afin d’aller chercher des sommes pour des projets reliés à la santé, aux infrastructures, au territoire et à l’éducation.

Opposition

Les opposants au Chef Bellegarde ont maintes fois répété sa trop grande proximité avec le gouvernement fédéral. La candidate North, dans un discours prononcé la veille de l’élection, a soulevé ce point : « Nous avons besoin d’un chef national qui peut s’asseoir à la table des libéraux sans en devenir un. » Les adversaires de Bellegarde sont d’avis que l’Assemblée des Premières Nations s’est écartée de son but, soit celui de faire la promotion des questions autochtones auprès des décideurs politiques. Russ Diabo, un des candidats qui se présentaient comme Chef et qui vient du Québec, croit qu’une ligne claire doit être établie entre l’APN et le gouvernement. Les autres candidats étaient sensiblement du même avis. Perry Bellegarde a toutefois rétorqué que c’est grâce à son style de gestion qu’il a réussi à obtenir plus de 17 milliards de dollars de dépenses du fédéral pour les Premières Nations. Sa réélection signifie donc que le mode de gestion à l’APN, qui déplaît à certains, ne risque pas de changer.

L’APNQL satisfaite

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) a tenu à féliciter Perry Bellegarde par voie de communiqué. Selon l’organisation, cela permettra « d’assurer la continuité de nombreux dossiers prioritaires pour nos gouvernements des Premières Nations. » L’APNQL a également souligné l’expérience politique, le parcours en matière de défense des droits et intérêts des citoyens ainsi que l’engagement de longue date envers les premiers peuples de Perry Bellegarde. « L’APNQL continuera à compter sur l’appui du Chef national Bellegarde pour renforcer notre juridiction au chapitre des enjeux politiques fédéraux actuels et à venir, notamment en matière d’éducation, de logement, des langues, de sécurité publique et de la relation avec la Couronne et ce, en respect des particularités des communautés qui composent la région Québec-Labrador », a déclaré Ghislain Picard, Chef de l’APNQL.

Dans son discours de victoire, Perry Bellegarde a défendu son bilan et a répondu aux opposants que ses actions avaient réellement aidé à faire bouger les choses. Il s’est dit prêt à poursuivre son travail dans plusieurs dossiers touchant les Premières Nations tels que les logements, les soins de santé et l’accès aux différentes ressources.

Les résultats du deuxième tour

  • Perry Bellegarde : 328 votes
  • Sheila North : 125 votes
  • Miles Richardson : 59 votes
  • Russ Diabo : 10 votes

À propos de l auteur