Niona : Au coeur de la culture abénakise

Niona, c’est une équipe de jeunes autochtones âgés de 12 à 17 ans, basée à Wôlinak et Odanak, qui diffuse la culture abénakise. Le projet, qui est en cours depuis deux ans, permet aux adolescents de faire rayonner l’histoire et la culture des Abénakis.

Radio, journal, vidéos, Web, réseaux sociaux : ce sont quelques-uns des moyens utilisés par les jeunes afin de transmettre leurs découvertes. Lors de différents événements, les jeunes échangent avec des adultes significatifs; les aînés qui transmettent leur bagage culturel, des professionnels maîtrisant des compétences précises et des intervenants de divers projets communautaires. Ce sont ces rencontres et ces participations à divers événements qui sont partagées avec le grand public par différents moyens technologiques.

Faire rayonner la culture abénakise

L’équipe de Niona prend part à plusieurs événements tout au long de l’année. « Ici à Wôlinak, nous avons un traiteur qui a décidé de faire préparer son menu de Noël par les jeunes de Niona. Il y a également un centre d’interprétation qui a été créé dans la communauté et ce sont les jeunes qui ont conçu le dépliant informatif qui est remis à chacun des visiteurs », explique Joanie Rancourt, agente de communication pour le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki. Sur leur blogue, les jeunes écrivent aussi des articles retraçant l’histoire de la communauté de Wôlinak et le mode de vie des Abénakis d’autrefois. La couverture d’événements tels que les pow-wow et la journée nationale des Autochtones est aussi publiée.

Un bagage pour les jeunes

Les jeunes autochtones qui prennent part à Niona en ressortent grandis. Leur implication leur permet d’améliorer sans cesse leurs connaissances liées à la culture abénakise et de se l’approprier. « Niona fait en sorte que les jeunes s’impliquent beaucoup plus dans leur communauté et d’une manière à joindre l’utile à l’agréable. Ç’a créé un sentiment d’appartenance auprès de leur communauté et ils sont fiers de pouvoir partager au grand public leurs différentes réalisations », note madame Rancourt. En utilisant différents moyens technologiques pour diffuser leur contenu, les participants acquièrent aussi des connaissances informatiques. Ils ont reçu diverses formations de la part de professionnels afin d’être habiles à gérer le site Web et les réseaux sociaux. Ils apprennent aussi les rudiments de la production audio et vidéo.

Financement

Le projet est financé par le gouvernement fédéral, grâce au programme « Services à l’enfance et à la famille des Premières Nations ». Il s’agit d’une initiative visant à appuyer la sécurité et le bien-être des enfants et des familles des Premières Nations qui habitent dans une réserve. Plusieurs partenariats avec différents organismes pour des projets ponctuels assurent aussi la survie de Niona. Les Conseils de bande de Wôlinak et d’Odanak, qui forment le Grand Conseil de la Nation Waban-Aki, s’impliquent évidemment activement dans le projet afin d’apporter leur soutien aux jeunes de leurs deux communautés respectives.

Depuis son lancement en 2016, Niona a su susciter l’intérêt au-delà de Wôlinak. La communauté abénakise d’Odanak s’est jointe au projet Niona dans les dernières semaines, en composant sa propre équipe de jeunes autochtones. Ces derniers ont lancé la première édition de leur journal en juillet. Quant aux jeunes de Niona  à Wôlinak, ils prendront part au pow-wow de Wôlinak les 15 et 16 septembre prochains. Les activités de Niona peuvent être suivies au www.niona.org ou encore sur la page Facebook.

À propos de l auteur