L’histoire du saumon & peuples autochtones par Jean St-Onge

Jean St-Onge avec sa maquette. © AMIK

En partenariat avec la Fondation québécoise du saumon (FQSA), l’AMIK réalise une capsule vidéo sur l’histoire des Autochtones et du saumon. Dans le cadre de cette collaboration, l’AMIK a fait appel à Jean St-Onge pour réaliser la première étape du projet : la production d’une maquette.

L’AMIK souhaite mettre en avant le message que Mr St-Onge veut faire passer à travers ses créations.

Créer est pour lui un moyen de se reconnecter à sa culture et ses traditions, mais également retrouver son identité autrefois perdue. En effet, comme tant d’autres autochtones l’histoire a laissé de profondes blessures et la route vers la guérison est encore longue. Grâce à l’art, il se reconnecte progressive – ment à la source. Aujourd’hui à la retraite, il se donne pour mission de faire passer par les arts, l’éveil d’une culture qui est la sienne et qui disparaît au fil des temps. La transmission et le respect accordés à l’histoire, au savoir et à la culture sont importants pour les générations futures.

Actuellement, il travaille à la création d’un théâtre d’ombres chinoises. Vous aurez dans le futur l’occasion de le croiser dans vos écoles avec ses nombreuses pièces de théâtre, des contes et des légendes. L’AMIK souhaite à Mr St-Onge du succès dans ses projets.


Félicitations Anouk

Anouk St-Onge tenant fièrement son brevet de capitaine © AMIK
Anouk St-Onge tenant fièrement son brevet de capitaine © AMIK

L’AMIK félicite Anouk St-Onge, la première femme innue de la Côte-Nord à devenir capitaine. Âgée de 43 ans, elle est originaire de la communauté de Mani-Utenam.

À l’âge de 27 ans, elle débute sa carrière d’aide-pêcheuse sur un crevettier pour les pêcheries Uapan. Il y a un an, elle décide de partir pour la Gaspésie afin de réaliser son rêve. Elle veut devenir capitaine de bateau. Acceptée au Cégep de la Gaspésie et des Îles, Anouk a pris le chemin de son destin, pour vivre une nouvelle aventure, loin de sa famille. Un an d’effort « à googler des mots », dit-elle en riant. Elle se souvient de son enfance à prendre le large très tôt le matin avec son père et ses frères pour pêcher la morue et le bourgot. Du haut de ses 7 ans, se profilait déjà une passion pour la pêche qui est devenue plus tard son métier.

Elle est une femme persévérante, déterminée et pleine de vie qui fait la fierté de la Nation innue. Continue à faire briller la mer avec ton sourire flamboyant.

Nous espérons que ton histoire provoque un engouement chez les autres femmes souhaitant se lancer dans l’univers de la pêche.