L’espoir que les choses changent

Joyce Echaquan - credit Facebook

Manawan- Si 2020 a été l’année du Covid, elle a aussi été celle de Joyce Echaquan qui, grâce à sa vidéo scandaleuse, a été nommée personnalité de l’année. Retour sur un événement catastrophique qui a mis le racisme en lumière! Revenons sur le décès de cette Atikamekw de 37 ans, survenu le 28 septembre 2020. Un décès qui, espérons-le, va faire changer les choses.

Dans la revue L’Actualité et dans le cadre d’émissions télévisuelles, l’histoire de Joyce Echaquan a refait surface. En flash, nous revoyons la vidéo, où deux employées du Centre hospitalier régional de Lanaudière, à Joliette, insultent méchamment cette mère de sept enfants qui demande de l’aide. Elle décèdera peu après avoir entendu ces injures racistes lancées par une infirmière et une préposée aux bénéficiaires.

Rapport de la commission Viens

Dans la foulée du cas Joyce Echaquan, il faut se rappeler que le 30 septembre 2019, la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec, qui était présidée par Jacques Viens, rendait public un rapport de 800 pages. Dans un appel à la réconciliation et à l’établissement d’un nouvel équilibre des forces, ce rapport contenait 142 mesures, qui avaient notamment pour mission d’améliorer les services offerts aux Autochtones en santé, en éducation, dans les services sociaux et en matière de justice. Il faut noter que ce rapport contenait une vingtaine de témoignages qui visaient l’hôpital de Joliette. Depuis sa sortie, combien de ces 142 mesures ont été appliquées? Moins de cinq!

Des actions concrètes!

Depuis le célèbre et malheureux décès, des politiciens ont bougé. C’est le cas de Marc Miller, ministre fédéral des Services aux Autochtones, qui a promis l’application d’un plan dès le début de 2021. Aussi, François Legault, premier ministre du Québec, a déclenché une enquête publique du coroner sur la mort de Joyce Echaquan et a changé de ministre des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours a cédé sa place à Ian Lafrenière.

Enquête du coroner

Pour les audiences reliées à l’enquête publique du coroner sur la mort de Joyce Echaquan, elles se dérouleront du 10 au 27 mai au palais de justice de Joliette. Cette enquête sera présidée par Me Géhane Kamel, qui est responsable d’un comité sur la mortalité dans les communautés autochtones et inuit. Elle préside également l’enquête sur les nombreux décès survenus dans les CHSLD du Québec au cours de la première vague de la COVID-19 et s’occupe du dossier de la fillette martyre de Granby.



Me Géhane Kamel sera le coroner qui présidera l’enquête qui se déroulera du 10 au 27 mai, au palais de justice de Joliette. Crédit photo: Marco Campanozzi, La Presse