Les chefs innus s’allient pour lutter contre le trafic de drogue

Les chefs innus sont déterminés à enrayer le fléau de la drogue dans leurs communautés. (Crédit : Moïse Jourdain/InnuWebTV)

Six chefs de la Nation innue s’unissent afin de lutter contre le trafic de drogue dans leurs communautés. Lors d’une rencontre à Uashat les 4 et 5 février derniers, une déclaration visant à jeter les bases d’une politique commune d’intervention relative au trafic et à la consommation de drogue a été signée.

Le plan d’action regroupera plusieurs volets tels que la prévention, l’information, la sensibilisation et la formation. Le chef de Uashat mak Mani-Utenam, Mike Mckenzie, croit qu’il était grand temps de s’attaquer à la problématique « avant de créer notre propre génocide ». Il s’agit selon lui d’un grand pas pour la Nation Innue de se doter d’outils qui permettront la guérison dans les communautés.

Élaboration du plan d’action

Un comité de travail composé d’experts et d’élus innus, mandatés par les chefs, sera prochainement constitué. Il aura la tâche de déterminer les besoins et les actions à entreprendre afin de lutter plus efficacement contre les fléaux que sont le trafic de drogue et la consommation abusive. Mike Mckenzie peut d’ores et déjà affirmer que ce plan reposera en bonne partie sur le secteur de la sécurité publique. 

Création d’une escouade

Une escouade mixte régionale d’intervention spécialisée en lutte aux drogues pourrait voit le jour. Elle inclurait des membres des corps de police autochtone, de la Sûreté du Québec et de la Gendarmerie Royale du Canada. De par son expertise, la nouvelle escouade serait en mesure de mieux cibler les revendeurs de drogues. Certains chefs envisagent même d’expulser ceux-ci comme c’est déjà le cas à Pikogan, Lac Simon et Opitciwan.

Financement des gouvernements

Le chef-hôte Mike Mckenzie est d’avis que la signature de la déclaration permettra de faire avancer les choses auprès des gouvernements. « Nous pourrons enclencher des démarches politiques et demander aux deux paliers de gouvernement de nous appuyer dans les demandes que nous élaborerons à court et à moyen terme » a-t-il déclaré. Le financement éventuel devrait permettre une amélioration des infrastructures, des programmes de santé, des programmes sociaux et des ressources humaines spécialisées.

Appui de l’APNQL

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador a salué les efforts de la Nation Innue. « [Ils] ont posé un geste concret qui s’avère être une condition essentielle au changement pour le mieux-être des enfants, des jeunes, des familles et des communautés toutes entières. […] C’est notamment grâce à des actions engageantes comme celle de la Nation Innue que la situation s’améliorera », a déclaré le chef de l’APNQL, Ghislain Picard.

La mise en commun des idées et la pleine collaboration entre les communautés assureront le développement d’outils efficaces dans le futur, a fait valoir Mike Mckenzie. Dans sa déclaration, la Nation Innue s’est engagé à promouvoir le plan d’action et à le mettre en œuvre aussitôt qu’il aura été approuvé lors d’une deuxième rencontre des leaders en juin prochain.