Le projet de biomasse à Opitciwan toujours dans l’incertitude

Le projet permettrait à la scierie du village de se développer davantage et donc d’augmenter les revenus et les emplois. (Crédit : Conseil des Atikamekws d’Opitciwan)

Les élus de la Nation Atikamekw rencontraient à la mi-juin le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel, afin de parler du projet de biomasse forestière à Opitciwan. Le Chef d’Opitciwan, Christian Awashish, souhaitait profiter de la rencontre afin de faire avancer le projet qui, selon lui, stagne depuis déjà trop longtemps.

Christian Awashish presse Hydro-Québec de prendre des actions concrètes dans le dossier. « Ça fait plusieurs années qu’on travaille avec leurs représentants. Ça évolue, mais ça tarde », dit-il sur sa page Facebook. En ce moment, la communauté n’est pas raccordée au réseau d’électricité provincial et s’alimente donc à partir d’une centrale thermique fonctionnant au diesel. Le projet de biomasse amènerait la création d’emplois, la possibilité de créer une énergie plus propre en plus de diminuer les interruptions de courants étant donné que la centrale n’est pas toujours en mesure de répondre aux besoins en électricité.

Pas d’entente conclue
À l’issue de la rencontre tenue entre les deux parties, aucune entente n’a pu être conclue. La volonté réelle d’Hydro-Québec à réaliser le projet reste donc toujours dans l’incertitude. La société d’État avait plus tôt annoncé avoir commandé une analyse afin d’évaluer la possibilité qu’Opitciwan soit raccordé au réseau intégré d’électricité provincial. Une situation qui ne satisfait pas du tout satisfait le chef de la communauté, lui qui précisait déjà avant la rencontre qu’il n’accepterait aucune autre alternative quant à ce projet. Selon lui, cette solution mise de l’avant par Hydro-Québec n’amènerait absolument rien de positif à la communauté puisqu’aucun emploi ne serait créé, contrairement au projet de biomasse. « En annonçant de nouvelles études, Hydro-Québec fait un énorme pas en arrière et va à l’encontre de l’intérêt commun. »

Autogestion
Rappelons que ce projet de centrale de cogénération a fait l’objet d’un appel d’offres par Hydro-Québec. Aux termes du processus, aucune soumission n’a été déposée. Devant cet échec, le Conseil d’Opitciwan a demandé à Hydro-Québec de revenir au projet initial qui consiste à laisser la communauté gérer elle-même le processus. Christian Awashish souhaiterait en effet autogéré ce projet, car cela permettrait de créer plusieurs emplois dans sa communauté. ll s’agit d’un enjeu qui touche également la scierie d’Opitciwan, la plus grande consommatrice d’énergie dans la communauté. Sa productivité et sa rentabilité pourraient augmenter si le projet voyait le jour. Une diversification des opérations pourrait également avoir lieu, rendant ainsi la scierie beaucoup plus compétitive.

Confiant, mais prudent
Suite à sa rencontre avec le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel, le chef d’Opitciwan est optimiste quant à la réalisation future du projet de biomasse forestière. Il demeure toutefois prudent étant donné que la société d’État ne lui a pas donné toutes les réponses qu’il souhaitait. « J’espère que M. Martel comprendra notre préoccupation et qu’il mettra fin à l’incertitude qui pèse sur notre beau projet », a-t-il dit.

Il s’agit d’un projet évalué entre 25 à 35 millions de dollars. Si l’usine voyait finalement le jour, elle pourrait produire entre 3 et 4 mégawatts d’électricité en plus de créer une quinzaine d’emplois.

À propos de l auteur