La cheffe de Gespeg démissionne

Manon Jeannotte a été élue à la tête du Conseil de Gespeg en 2015. (Crédit : Capture d'écran CERP)

Manon Jeannotte a quitté ses fonctions à la chefferie de la Nation Micmac de Gespeg le 8 février dernier. C’est que l’élue doit retourner habiter à Montréal pour des raisons personnelles et familiales alors que le code électoral stipule que le chef doit demeurer à Gaspé tout au long de son mandat.

La principale intéressée explique que la décision a été difficile à prendre mais qu’elle a choisi de quitter pour le bien de la communauté mais aussi pour prendre soin de sa santé. « Le poste de cheffe c’est vraiment intense, c’est beaucoup de routes et de représentations politiques. […] Ç’a été un trois ans et demi intense donc oui, ça prendra un peu de repos. » a dit Manon Jeannotte dans une vidéo publiée sur Facebook.

Lors de son élection en 2015, Manon Jeannotte avait remporté la chefferie avec seulement cinq voix de majorité, soit 44% des suffrages. Des élections avaient été déclenchées dans un contexte de crise au sein de la communauté. Des conflits qui ne sont aujourd’hui pas encore réglés selon nos informations. La cheffe aura tout de même fait cheminer plusieurs dossiers tels que l’amélioration des relations avec les municipalités et le projet de traduction des noms de sentiers du Géoparc de Percé en langue micmac.

Malgré son départ, Manon Jeannotte assure qu’elle continuera à s’impliquer dans les dossiers concernants les Autochtones et la Nation Micmac de Gespeg.

Aucun chef ne sera nommé par intérim d’ici aux prochaines élections qui auront lieu en septembre prochain. C’est plutôt la direction générale de la Nation Micmac de Gespeg qui attribuera aux conseillers et conseillères les dossiers de nature politique. Le Conseil assure que les projets et les dossiers en cours continueront de cheminer tel que prévu.