Faire de la transformation traditionnelle des bleuets un projet économique

Myriam Vallières, de la CDEPNQL, accompagnée de Brenda Michel et Valérie Kaltush, de la Corporation de développement économique Ekuanitshinnuat.

À Wemotaci, l’Association Nikawi est l’instigatrice du projet Osekwan Minic, qui vise à accroître l’autonomie économique des femmes tout en mettant en valeur leur savoir-faire dans la transformation des bleuets sauvages.

L’Association Nikawi a pour objectifs de défendre les intérêts des femmes de Wemotaci et de s’assurer que leurs voix sont entendues, d’améliorer leurs conditions de vie, de favoriser le transfert des connaissances culturelles entre les aînées et les jeunes et d’organiser des activités ou ateliers permettant de faciliter l’intégration des femmes dans tous les domaines. Dès 2015, l’Association a eu l’idée de mettre en place le projet Osekwan Minic, dont voici un aperçu.

Un procédé transmis de génération en génération

La communauté de Wemotaci est située sur un territoire forestier où les bleuets poussent en abondance. La population fait la cueillette et la transformation de ce petit fruit de manière artisanale depuis de nombreuses années. En prévision des longs mois d’hiver, les femmes transformaient les bleuets en pâte, une technique réalisée traditionnellement dans un chaudron déposé sur un feu de bois et qui permettait de les conserver très longtemps.

La transformation des bleuets est réalisée en suivant des étapes bien précises. Tout d’abord, ils sont cueillis aux alentours de la communauté par des femmes, qui vont ensuite porter leur récolte au local d’Osekwan Minic.

Sur place, les bleuets sont triés et calibrés avant d’être lavés. Dès que c’est fait, ils sont prêts pour la transformation ou la congélation. Une fois l’étape de la transformation réalisée, la pâte de bleuets est empotée dans des pots préalablement stérilisés, qui sont ensuite scellés dans un autoclave et étiquetés. Il est important de préciser que toutes les femmes ont suivi une formation sur l’hygiène et la salubrité, présentée par Santé Canada, ce qui permet de développer des produits conformes aux normes.

Les pots de pâte de bleuets sont ensuite vendus lors d’événements dans la communauté ou organisés par des organismes des Premières Nations. En novembre 2018, les femmes ont aussi été invitées à participer au Marché de Noël de Wendake. Les profits permettront de créer des événements pour les femmes et les familles de la communauté.

Les retombées d’Osekwan Minic

Osekwan Minic est un projet qui permet de très belles retombées socioéconomiques. Tout d’abord, c’est une belle opportunité pour les femmes de contribuer au développement économique de leur communauté. Le projet permet de créer des emplois (six cueilleuses en 2018 et une coordonnatrice), ce qui améliore du même coup les conditions de vie des femmes. Et comme celles-ci sont bien souvent le soutien économique de leur famille, les retombées sociales d’Osekwan Minic touchent encore plus de personnes. Mais il y a plus encore. La fabrication de la pâte de bleuets est une technique ancestrale qui était presque oubliée dans la communauté. Par le biais d’Osekwan Minic, l’Association Nikawi a pu la faire revivre et est maintenant en mesure de l’enseigner aux jeunes lors d’ateliers. 

À l’été 2018, une étudiante atikamekw en nutrition a été embauchée pour coordonner le projet. Celle-ci a documenté tous les procédés de transformation et a développé des outils, qui visent à obtenir prochainement une certification pour la pâte de bleuets. Ultimement, toute cette documentation pourrait être utilisée dans le but de reproduire le projet dans d’autres communautés, ce qui représente une retombée non négligeable.

Plusieurs partenaires impliqués

Pour concrétiser ce projet, l’Association Nikawi a pu compter sur la collaboration du conseiller en entrepreneuriat féminin de la CDEPNQL, Emmanuel Bertrand-Gauvin. D’autres partenaires, tels que Condition féminine Canada, le Conseil des Atikamekw de Wemotaci et la maison des jeunes de Wemotaci ont aussi contribué à rendre Osekwan Minic possible. Finalement, depuis décembre 2017 un partenariat se développe entre l’Association Nikawi et les communautés innues d’Ekuanitshit et de Mashteuiatsh. Ce partenariat permettra le partage des expertises de chacun des groupes ainsi que des économies d’échelle lorsque viendra le temps de la commercialisation.