Faire de la gestion des matières résiduelles un projet de société

Écocentre de Manawan

Depuis l’été 2018, la communauté atikamekw de Manawan dispose de son propre écocentre. Ce projet d’économie sociale a été rendu possible grâce à l’implication de différents partenaires et de la population. Voici un aperçu de ce très beau projet, étroitement lié aux valeurs des Premières Nations

Le projet de l’écocentre Nikawi Aski est né d’une volonté des membres de la communauté de prendre en main la gestion de leur déchets et de s’assurer que son site d’enfouissement survive le plus longtemps possible. L’écocentre est situé sur le territoire de la communauté, juste à côté du site d’enfouissement, dont l’accès est maintenant bloqué à la population. Cette mesure a deux objectifs : tout d’abord, elle permet d’éviter que des personnes de l’extérieur de la communauté viennent porter leurs déchets à Manawan. Ensuite, le passage des matières à l’écocentre permet de réduire la quantité de déchets qui se retrouvent au site d’enfouissement, et ce, pour éviter de le surcharger et qu’il déborde.

Réalisation du projet

Nikawi Aski est un projet mené par le Conseil des Atikamekw de Manawan, en collaboration avec Coop Nitaskinan et le Consortium Écho- Logique. Les premières étapes de réalisation ont débuté à l’automne 2017. Toutefois, avec l’arrivée imminente de l’hiver, les partenaires n’ont pas eu le temps de commencer à construire les infrastructures nécessaires au fonctionnement de l’écocentre. Par contre, ce délai leur a permis de se familiariser avec tout ce qu’implique la gestion d’un écocentre et de procéder à une caractérisation des déchets de la communauté. Qu’est-ce qu’une caractérisation des déchets? Il s’agit d’un exercice qui permet de faire l’analyse d’un échantillon des déchets de la communauté en les triant, les pesant, etc. Cet exercice a permis de dresser un portrait assez précis de ce qui est jeté aux poubelles à Manawan et de pouvoir extrapoler ces résultats sur une période d’un an. À partir de ces informations, les chargés de projet ont pu procéder à l’achat de tous les équipements requis, préparer les plans de la rampe, etc. Ces quelques mois ont aussi permis à toutes les personnes impliquées dans le projet Nikawi Aski d’apprendre à mieux se connaître, ce qui a été bénéfique pour la suite. Le projet en est main- tenant à sa deuxième année d’activités et la collecte à la maison, avec le bac bleu, a commencé au mois de novembre 2018.

Projet de société

Présentement, Nikawi Aski est encore un projet porté par le Conseil des Atikamekw de Manawan, mais la communauté souhaiterait qu’il devienne un organisme à but non lucratif. En plus de prendre en charge la gestion de l’écocentre, l’OBNL pourrait mettre en place des projets liés aux changements de comportement, permettant une saine gestion du territoire. Aussi, des projets impliquant les membres de la communauté pourraient être mis en place, ce qui permettrait de créer des retombées pour ceux-ci. Par exemple, d’après la caractérisation des déchets effectuée, il est ressorti que les contenants consignés, qui ont une valeur monétaire, représentent un important pourcentage des déchets produits. Des groupes de jeunes pourraient donc décider de ramasser les canettes et bouteilles afin de les vendre pour financer des projets scolaires ou sportifs. Des bourses pourraient aussi être créées pour récompenser les membres de la communauté, les entreprises ou organisations ayant de bonnes pratiques. Il s’agit donc de mettre en place des mesures qui vont rendre la population fière de son écocentre et qui l’inciteront à s’impliquer dans les projets qui vont en découler.

Information et sensibilisation

Au printemps 2018, un coordonnateur a été embauché pour gérer l’écocentre. Celui-ci a dû mettre les bouchées doubles pour se familiariser avec le milieu de la gestion des déchets, la gestion administrative d’un écocentre, etc. Tout au long de son apprentissage, il a pu bénéficier de l’expertise et du soutien de Coop Nitaskinan ainsi que des autres en entreprises d’économies sociales impliquées dans le projet.

Pour informer et sensibiliser la population, des séances d’information ont été présentées dans la communauté. Un guide en français et en atikamekw a également été créé pour indiquer quelles matières doivent être envoyées à l’écocentre. Dans tous les documents et activités préparés, la gestion des déchets est présentée comme une activité permettant de protéger le territoire, dont les membres des Premières Nations sont les gardiens. Le projet vient ainsi rejoindre les valeurs traditionnelles atikamekw, ce qui lui donne une importance supplémentaire.

Dans les prochains mois, des visites seront faites dans les commerces et organisations de la communauté pour déterminer les types de déchets qu’ils génèrent. Ensuite, des affiches seront produites pour in- former leurs employés et services de conciergerie de la façon dont dis- poser adéquatement des déchets. Des capsules audio seront aussi produites et diffusées à la radio communautaire locale.

En conclusion, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à Manawan, tout est mis en place pour inciter la population à participer au projet Nikawi Aski. Il suscite déjà l’intérêt d’autres communautés, qui veulent savoir comment les chargés de pro- jet ont pu mobiliser autant de personnes autour d’un projet d’écocentre.