Désignation de terres à Wendake : Le «oui» l’emporte

(Crédit : David-Alexandre Vincent)

807 électeurs sur 1 450 se sont prononcés en faveur de la désignation de terres dans  Wendake-Est lors du référendum de vendredi. Le Conseil de bande de Wendake pourra ainsi gérer lui-même cinq terrains, totalisant 600 000 pieds carrées,  pour les 99 prochaines années.

Un référendum était requis par les Affaires autochtones afin de pouvoir entamer les projets économiques dans Wendake-Est. Sur les 3 425 personnes qui avaient le droit de vote, 42% s’en sont prévalus. 807 électeurs (55,6 %) ont voté en accord, 618 (42,6 %) ont voté en désaccord et 24 autres ont annulé leur vote. Le Conseil devra envoyer une résolution aux Affaires Autochtones afin que la désignation des terres devienne officielle.

Opposition au projet

Contrairement à Lac-Simon, le « oui » n’a pas été catégorique de la part de la population. Il y avait d’ailleurs plusieurs opposants au projet. Certains estiment que le Conseil de bande n’a pas respecté le processus démocratique et que davantage de consultations étaient nécessaires. Ces opposants craignent que les projets futurs profitent à des intérêts extérieurs plutôt qu’à ceux des Hurons-Wendat. Selon toute vraisemblance, des membres auraient même fait parvenir une lettre à la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, afin de demander l’annulation du référendum afin que les terres ne soient pas désignés malgré la victoire du « oui ».

En route vers le développement économique

La victoire du « oui » lors de ce référendum permettra à la Nation huronne-wendat de pouvoir poursuivre le développement économique selon le Grand Chef, Konrad Sioui. Il souhaite faire de Wendake-Est un pôle médicale d’importance dans la région. « Regardons l’hôtel-musée dix ans plus tard. On a réussi à créer beaucoup d’emplois, on a réussi à créer une force économique, un pôle touristique majeur dans la région et on veut faire la même chose avec le pôle médical [dans Wendake Est] » a dit Konrad Sioui, dans une vidéo publiée sur le site de la Nation huronne-wendat. Avant le référendum, le Grand Chef disait vouloir continuer de développer une économie afin de ne pas toujours dépendre du gouvernement fédéral.

Les projets de clinique médicale, d’une résidence pour personnes âgées autonomes et de commerces de proximités seraient donc sur la bonne voie. Le Chef Sioui souhaite le début des travaux le plus rapidement possible.

Après plusieurs demandes, il nous a été impossible de parler au Chef Konrad Sioui enfin d’en savoir plus sur ce qu’il adviendra de l’opposition au projet et des étapes à venir si tout se met bel et bien en branle.

À propos de l auteur