8.4 C
Sept-Îles
mercredi, 18 mai 2022

Des engagements à prendre des mesures significatives en soutien aux langues autochtones

En cette Journée internationale de la langue maternelle, et afin de souligner le début de la Décennie internationale des langues autochtones, les sociétés géographiques du monde entier s’unissent à l’ensemble des peuples autochtones pour déclarer leur engagement à les soutenir et à agir. Les géographes et les sociétés géographiques sont particulièrement bien placées pour amplifier les messages des peuples autochtones en ce qui concerne le lien entre les terres et les langues des premiers habitants de ces terres.

Les signataires de la déclaration de la communauté géographique mondiale demandent que la revitalisation et la reconnaissance des langues autochtones deviennent une priorité pour les gouvernements nationaux. En outre, les signataires s’engagent à prendre des mesures significatives et mesurables au cours de la présente décennie, et au-delà, pour apprendre des peuples autochtones et avec eux, afin de soutenir la préservation et la revitalisation des langues autochtones.

« En travaillant sur l’Atlas des peuples autochtones du Canada, nos partenaires autochtones nous ont clairement fait comprendre le lien inextricable entre les terres et les langues, a déclaré John Geiger, chef de la direction de la Société géographique royale du Canada. Les langues autochtones sont la clé de la survie de tout ce qui vit sur ces terres d’un océan à l’autre, et nous avons la responsabilité partagée de renforcer la sensibilisation à leur diversité et à leur caractère unique, et de nous engager non seulement à soutenir leur survie, mais aussi leur renaissance au Canada et dans le monde. »

« L’état des langues autochtones est la conséquence de décennies de colonialisme, de racisme et de discrimination, a déclaré le chef Perry Bellegarde, président honoraire de la SGRC. Un tort terrible a été fait. Pour réparer ce préjudice, il faut une action concertée et coordonnée dans toutes les régions du monde – y compris ici, chez nous. Nos langues autochtones sont les langues de nos chansons, de nos histoires, de nos enseignements, de notre science et de nos lois. Nos langues font partie de notre histoire. Il est très important que nos langues fassent également partie de notre avenir – notre avenir collectif – ensemble sur ces terres. »

« Je suis heureux de la déclaration d’aujourd’hui. Comme les communautés autochtones nous le rappellent, la langue, ce n’est pas que des mots. C’est l’identité, la dignité et un sentiment de fierté personnelle, a affirmé le premier ministre Justin Trudeau. Le gouvernement du Canada continuera de travailler de concert avec les peuples autochtones afin de protéger leurs langues et leur culture. Par la mise en œuvre de la Loi sur les langues autochtones, nous avons établi le Bureau du commissaire aux langues autochtones. Nous agissons pour réparer les torts du passé en nous assurant que nos institutions ont l’obligation de rendre compte de la promotion et de la revitalisation des langues. »

Déclaration commune des sociétés géographiques pour la Décennie internationale des langues autochtones

Dans son essence et par sa portée, la géographie est bien plus que l’étude des caractéristiques physiques de la Terre, de l’atmosphère et des répercussions de l’activité humaine sur celles-ci. La géographie humaine et la géographie physique sont intrinsèquement liées. Les langues et les cultures distinctes contribuent à la diversité du paysage humain. À leur tour, ces langues distinctes sont, et ont toujours été, façonnées par le paysage physique où vivent ceux et celles qui les parlent.

Il est donc possible pour les géographes de lire et d’interpréter les relations uniques et variées entre les lieux physiques et leurs habitants, en cherchant à comprendre les enseignements de la langue et en apprenant des Premiers peuples des territoires et régions géographiques respectifs à travers les langues qui les ont façonnés. Les langues autochtones sont des langues vivantes, issues de la terre, qui expriment les histoires de la création et trouvent écho tout autant dans les cérémonies anciennes que dans la vie quotidienne des peuples autochtones.

Le mois de janvier 2022 marque le début de la Décennie internationale des langues autochtones des Nations Unies. Dans le prolongement de l’Année internationale des langues autochtones (2019), l’UNESCO nous convie tous à contribuer à créer une communauté mondiale pour la préservation, la revitalisation et le soutien des langues autochtones dans le monde entier. Les sociétés géographiques sont particulièrement bien placées pour soutenir les peuples autochtones dans leurs efforts de réappropriation, de revitalisation, de maintien et de renforcement de leurs langues, tout en sensibilisant le public à la richesse et à la diversité des langues autochtones par le biais de nos canaux éducatifs, éditoriaux et journalistiques.

Les géographes – qu’ils soient étudiants, chercheurs, enseignants, écrivains, explorateurs, professionnels dans le monde des affaires ou de la politique, ou voyageurs infatigables et curieux – demandent à nos dirigeants de s’engager de manière significative et authentique à placer la revitalisation et la reconnaissance des langues autochtones au premier plan de tout ce que nous faisons et à prendre des mesures durables et mesurables pour tenir ces engagements.

En conséquence, nous nous engageons à ce que nos institutions amplifient et intensifient leurs efforts et leurs actions pour réexaminer et contextualiser les attributs uniques qui caractérisent l’apprentissage, l’enseignement et la pratique de la géographie à travers le prisme des langues autochtones, ce pour quoi les citoyens du monde sont invités à se mobiliser dans le cadre de la Décennie internationale des langues autochtones. Nous nous engageons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour canaliser en ce sens les puissantes capacités de la géographie, afin de contribuer à ce que la prochaine décennie en soit une d’espoir et d’actions significatives.

Signataires de la déclaration: 

National Geographic Society  •  Société géographique royale du Canada • Royal Scottish Geographical Society • Royal  Geographical Society • Union Géographique Internationale • Association internationale des géographes • Association des géographes nigérians • Société géographique saoudienne  • National Committee for Geographical Science of the  Australian Academy of Science • Comité national français de géographie • Association vietnamienne des géographes • Assoiciation des Géographes des Universités et de la Recherche Germanophones • Institutes •  Société géographique croate • Japanese National  Committee for the International Geographical Union •  Association portugaise des géographes • Australian  Geographic • Sociétés géographiques en Allemagne, en Autriche et en Suisse • Société géographique lituanienne •  Association canadienne des géographes • Centre d’études géographiques de l’Université de Lisbonne • Estonian  Geographical Society • Société géographique de Chine •  Association européenne des géographes •  Association géographiques israélienne • Société géographique italienne • Société des géographes sud-africains •Société géographique d’Irlande

Articles relatifs

Restez connecté

2,684FansJ'aime
412SuiveursSuivre
- Publicité -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Dernières nouvelles