0.3 C
Sept-Îles
jeudi, 1 décembre 2022
spot_img

L’APNQL salue la nomination de Michelle O’Bonsawin, Première Juge autochtone à la Cour suprême du Canada

L’APNQL salue et soutient la nomination de Michelle O’Bonsawin à la Cour suprême du Canada, de la nation Abénaquise, annoncée aujourd’hui par Le premier ministre Justin Trudeau.

« C’est avec grand enthousiasme que nous soulignons les actions posées par le gouvernement du Canada et les progrès effectués sur le chemin de la réconciliation avec les Premiers Peuples au cours de son présent mandat, particulièrement avec cette nomination historique de l’honorable Michelle O’Bonsawin. Bien qu’il reste encore de nombreuses étapes à franchir pour assurer que la diversité des perspectives et des voix qui forment les réalités canadiennes soit reflétée dans les institutions qui les guident, notamment au sein des systèmes dont le mandat est d’assurer la justice, l’APNQL se rejouit de cette nomination » a déclaré Ghislain Picard, chef de l’APNQL.

« Au nom de la Nation Abénaquise, je suis personnellement très fier de Michelle O’Bonsawin, non seulement en tant que membre de la famille mais aussi en tant que membre de notre Nation, d’avoir atteint des objectifs aussi élevés. Michelle démontre vraiment à tous les autochtones que tout est possible. Cette nomination fera du 19 août 2022 une journée très spéciale qui gravera à jamais nos esprits, mais les livres d’histoires aussi » poursuit le Chef Richard O’Bomsawin.

Depuis longtemps, l’APNQL réitère la nécessité pour la magistrature de refléter la diversité et elle rappelle aussi qu’avant ce jour, aucun juge issu de Premières Nations, Métis ou Inuit n’avait siégé à la Cour suprême du Canada. Le processus de nomination représente une véritable opportunité de corriger cette situation et de faire un pas de plus vers la réconciliation, mais surtout de contrer le racisme systémique et la sous-représentation des autochtones dans ces rôles.

Cette représentation dans le système de justice marque un jalon sans précédent pour les autochtones au Canada et envoie un signal fort à l’ensemble de la société canadienne et internationale démontrant d’une part l’inclusion, la diversité, et d’autre part, l’expertise et la crédibilité d’autochtones exerçant leur profession dans le domaine judiciaire.

Articles relatifs

Restez connecté

2,684FansJ'aime
402SuiveursSuivre
- Publicité -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Dernières nouvelles