0.3 C
Sept-Îles
jeudi, 1 décembre 2022
spot_img

Le Conseil d’Innu Takuaikan Uashat mak Mani-utenam (ITUM) exige l’arrêt immédiat des travaux d’exploration de Murchison Minerals Ltd. dans le Nitassinan

Cette position a été soumise officiellement à l’entreprise dans une mise en demeure transmise le 10 août. Le conseiller Kenny Régis ainsi que le directeur du Bureau de la protection des droits et du territoire, André Michel, se sont rendus par hélicoptère au site des travaux afin de remettre la mise en demeure ainsi qu’un avis formel d’expulsion en mains propres aux représentants de l’entreprise.

La compagnie minière, dont le siège social est situé à Burlington, Ontario, effectue actuellement des travaux d’exploration, y compris du forage et du déboisement, sur son projet de nickel-cuivre-cobalt HPM. Ce projet se retrouve entièrement dans le Nitassinan des Innus de Uashat mal Mani-utenam. ITUM a été informé que cette phase des travaux pourrait s’étendre jusqu’au mois d’octobre.

« La situation est claire et facile à comprendre : les entreprises qui souhaitent exploiter les ressources naturelles sur le Nitassinan doivent respecter nos droits et obtenir notre consentement libre et éclairé. Dans ce cas-ci, nous avons expliqué au gouvernement du Québec et à Murchison, à plusieurs reprises, que nous ne pouvons pas soutenir ces travaux d’exploration parce qu’ils seraient incompatibles avec notre occupation du territoire et la pratique de nos activités traditionnelles », a déclaré le Chef Mike « Pelash » Mckenzie.

Rappelons que les Innus de Uashat mak Mani-utenam possèdent des droits ancestraux, y compris un titre ancestral, et des droits issus de traité sur et dans l’entièreté de leur Nitassinan, y compris à l’égard de toutes les ressources naturelles qui s’y trouvent. Ces droits sont reconnus et confirmés par l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.

De plus, ITUM a l’autorité et la responsabilité de gérer, de préserver et de protéger les terres ancestrales et les ressources naturelles contre toute incursion qui pourrait nuire aux traditions, aux pratiques et à la culture de la Première Nation. Tout projet de développement dans le Nitassinan exige le consentement explicite des Innus de Uashat mak Mani-utenam, et ce, en vertu de la Loi de la Nation Innue de Uashat Mani-utenam concernant l’usage de son territoire traditionnel, la Loi constitutionnelle de 1982 et la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Au cours des derniers mois, les représentants d’ITUM ont pris le temps d’expliquer, à travers de nombreuses communications et rencontres aux représentants de l’entreprise et du gouvernement du Québec, les effets négatifs importants que les travaux d’exploration auraient sur l’exercice des droits constitutionnels des Innus de Uashat mak Mani-utenam. « Malgré l’absence de notre consentement, Murchison a choisi de poursuivre ses travaux, avec l’appui du gouvernement du Québec. Nous considérons qu’en l’absence de notre consentement, ces travaux d’exploration sont illégaux et en violation de nos droits, et ils doivent cesser immédiatement », a ajouté le Chef Mckenzie.

À défaut d’un arrêt des opérations de l’entreprise minière dans le Nitassinan, ITUM indique qu’il pourrait engager tout recours approprié pour assurer la protection du territoire traditionnel innu et des droits de la Première Nation.

Articles relatifs

Restez connecté

2,684FansJ'aime
402SuiveursSuivre
- Publicité -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Dernières nouvelles