-3.7 C
Sept-Îles
vendredi, 2 décembre 2022
spot_img

Aide financière aux communautés autochtones dans tout le pays afin qu’elles puissent faire face aux séquelles des pensionnats

À l’approche du premier anniversaire de la localisation tragique de sépultures non marquées à l’ancien pensionnat de Kamloops, nous reconnaissons le passé dont a hérité notre pays et ses séquelles honteuses.

Le 16 mai, l’honorable Marc Miller, ministre des Relations Couronne-Autochtones, l’honorable Patty Hajdu, ministre des Services aux Autochtones, l’honorable Pablo Rodriguez, ministre du Patrimoine canadien, l’honorable David Lametti, ministre de la Justice et procureur général du Canada, l’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, l’honorable Marco Mendicino, ministre de la Sécurité publique, et l’honorable Daniel Vandal, ministre des Affaires du Nord, ministre responsable du Développement économique des Prairies et ministre responsable de l’Agence canadienne de développement économique du Nord, ont fait le point sur les mesures prises par le gouvernement du Canada pour soutenir les initiatives dirigées par les Premières Nations, les Inuit et les Métis, axées sur les survivants et fondées sur la culture, qui aident les communautés autochtones à réagir aux séquelles des pensionnats et à en guérir.

Le gouvernement du Canada a travaillé directement avec les communautés pour soutenir leurs plans visant à localiser et à commémorer les enfants qui ne sont jamais revenus des pensionnats par le biais du programme Enfants disparus des pensionnats – financement de l’aide communautaire de Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada. En ce qui concerne plus particulièrement les recherches, 78,3 millions de dollars ont été versés aux communautés autochtones du pays pour soutenir 70 initiatives de recherche, de collecte de connaissances, de commémoration, d’hommage et d’enquête sur le terrain autour des sites des anciens pensionnats.

Les communautés mènent une variété d’initiatives. Par exemple, la Commission de la santé de Bigstone a créé un comité consultatif des Aînés qui est chargé de superviser la recherche d’archives, les entrevues, les rassemblements de survivants et l’utilisation d’un radar pénétrant le sol sur les deux sites des pensionnats. La Première Nation Esk’etemc travaille à l’organisation d’une marche ou d’une course spirituelle pour commémorer les survivants et les enfants qui ne sont pas rentrés chez eux. Ces initiatives et d’autres initiatives communautaires ont permis aux communautés de poursuivre ce travail important à leur manière et à leur rythme.

Le budget 2022 a alloué 122 millions de dollars supplémentaires au cours des trois prochaines années au programme Enfants disparus des pensionnats – financement de l’aide communautaire, ce qui porte l’investissement total du gouvernement du Canada à 238,8 millions de dollars à ce jour pour mettre en œuvre les appels à l’action 72 à 76 de la Commission de vérité et réconciliation sur les enfants disparus dans les pensionnats et les informations sur les sépultures.

Afin de s’assurer que les communautés disposent d’une source de confiance donnant accès à de l’aide professionnelle dans le travail délicat de localisation des sites d’inhumation, les travaux sont en cours de finalisation pour établir le Comité consultatif national sur les enfants disparus des pensionnats et les sépultures non marquées. Le Comité sera composé d’environ 12 à 15 membres possédant une expertise spécifique dans des domaines tels que l’anthropologie ou l’archéologie médico-légale, la recherche archivistique, les protocoles culturels autochtones, la communication et l’administration financière. Ces membres offriront une expertise technique et des conseils professionnels aux communautés et au gouvernement du Canada. Le Comité comprendra également trois Aînés ou gardiens du savoir.

Le gouvernement du Canada appuiera la nomination d’un interlocuteur spécial indépendant qui travaillera avec les gouvernements des Premières Nations, des Inuit et des Métis, les organisations représentantes, les communautés et les familles, les provinces et les territoires et d’autres intervenants afin de recommander un nouveau cadre fédéral pour assurer le traitement respectueux et culturellement adéquat des tombes non marquées et des lieux de sépulture des enfants sur les sites des anciens pensionnats. Le gouvernement du Canada reconnaît la nécessité d’aller de l’avant avec la sélection de l’Interlocuteur spécial et travaille en collaboration avec ses partenaires autochtones en vue d’une nomination le plus rapidement possible. Le gouvernement fédéral a également collaboré avec les dirigeants autochtones et des experts juridiques pour définir le mandat de cet interlocuteur spécial.

Le gouvernement du Canada continue de prendre les mesures nécessaires pour assurer la divulgation complète des documents fédéraux relatifs aux pensionnats, tout en respectant les souhaits des survivants, la législation, les ordonnances des tribunaux, les accords de règlement et les litiges en cours. Le Canada soutiendra également la numérisation de millions de documents relatifs au système fédéral des externats indiens, ce qui permettra aux survivants et à tous les Canadiens d’y avoir accès.

En outre, de nombreuses communautés expriment le désir de s’occuper des bâtiments et des sites des anciens pensionnats. Pour aider les communautés à faire face à ces bâtiments et aux souvenirs douloureux qu’ils représentent, le Canada a engagé 100,1 millions de dollars par l’intermédiaire de Services aux Autochtones Canada pour soutenir les plans communautaires de gestion des bâtiments des anciens pensionnats dans les réserves. Ce financement appuiera des activités telles que la démolition de bâtiments, la restauration de terrains ou la construction de nouvelles installations afin que les activités communautaires qui se déroulent actuellement dans ces bâtiments puissent se poursuivre. Le Canada, en collaboration avec le Centre national pour la vérité et la réconciliation, effectue des recherches sur le statut des propriétés des pensionnats afin de mieux comprendre l’état actuel des bâtiments restants et des anciens pensionnats.

En outre, pour soutenir directement la santé mentale et le bien-être des survivants, le Canada a investi 107,3 millions de dollars en 2021-2022 par l’intermédiaire de Services aux Autochtones Canada pour soutenir l’expansion des soutiens culturels et émotionnels tenant compte des traumatismes pour les survivants des pensionnats et les autres personnes touchées par l’héritage des pensionnats. De plus, le budget 2022 propose 227,6 millions de dollars sur deux ans, à partir de 2022-23, pour maintenir des services adaptés aux traumatismes, culturellement appropriés et dirigés par des Autochtones afin d’améliorer le bien-être mental, et pour soutenir les efforts initiés par le budget 2021 concernant les initiatives de santé mentale et de bien-être fondées sur les distinctions.

Le gouvernement du Canada reste déterminé à faire en sorte que l’histoire tragique et les séquelles qui perdurent des pensionnats ne soient jamais oubliés en soutenant des initiatives commémoratives, dont 5 millions de dollars cette année pour les événements et les activités marquant la Journée nationale de vérité et de réconciliation le 30 septembre, ainsi que 20 millions de dollars pour l’établissement d’un monument national. Le 29 avril 2022, par l’intermédiaire de Patrimoine canadien, la création d’un comité directeur dirigé par des survivants a été annoncée pour guider le travail sur le monument national des pensionnats, qui sera installé à Ottawa. Le monument rendra hommage aux survivants et aux enfants qui ne sont jamais retournés dans leurs familles et leurs communautés.

Le gouvernement du Canada continuera d’appuyer les travaux importants et continus visant à mettre en œuvre l’Appel à l’action 79iii de la Commission de vérité et réconciliation, en s’appuyant sur la désignation en 2020 du système des pensionnats indiens comme événement historique national, et sur la désignation de quatre anciens pensionnats comme lieux historiques nationaux : ancien pensionnat de Portage La Prairie au Manitoba (désigné en 2020), ancien pensionnat de Shubenacadie en Nouvelle-Écosse (désigné en 2020), ancien pensionnat de Shingwauk en Ontario (désigné en 2021), ancien pensionnat de Muscowequan en Saskatchewan (désigné en 2021).

La prise en compte des préjudices subis par les survivants, leurs familles et leurs communautés est au cœur de la réconciliation et est essentielle au renouvellement et à la construction de relations avec les peuples autochtones, les gouvernements et tous les Canadiens.

Citations

« La relation historique entre le Canada et les peuples autochtones est marquée par les pratiques coloniales, notamment le système des pensionnats. Nous reconnaissons ce fait et la dévastation qu’il a causée, et nous reconnaissons que la confiance doit être établie, que les torts doivent être corrigés et que la guérison doit être soutenue. C’est pourquoi nous restons déterminés à travailler avec les dirigeants, les survivants, leurs familles et les communautés – pour entreprendre le travail difficile qui les attend – à leur propre rythme, selon leur propre vision et leurs propres priorités.  »

L’honorable Marc Miller
Ministre des Relations Couronne-Autochtones

« Les répercussions des pensionnats ont atteint des générations d’Autochtones au Canada, et il faudra du temps pour s’attaquer à cette politique honteuse et aux traumatismes intergénérationnels qu’elle a engendrés. Nous nous engageons à écouter les voix autochtones dans nos efforts pour remédier à l’héritage des pensionnats et soutenir les survivants, leurs familles et leurs communautés. »

L’honorable Patty Hajdu
Ministre des Services aux Autochtones Canada

« Nous reconnaissons les injustices systémiques que les politiques coloniales ont créé à l’endroit des peuples autochtones et c’est notre devoir d’y remédier. C’est pour cette raison que nous soutenons la réappropriation, la préservation, la revitalisation, le maintien et le renforcement des langues, des cultures et des espaces culturels autochtones au Canada. Pour les familles et pour les communautés, il faut veiller à ce que l’histoire ne soit pas oubliée. »

L’honorable Pablo Rodriguez,
Ministre du Patrimoine canadien

« Nous devons obtenir justice pour tous les enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux et nous nous engageons à travailler avec les survivants, les familles, les communautés et les dirigeants des Premières Nations, des Inuit et des Métis pour y parvenir. La nomination d’un interlocuteur spécial indépendant constituera une étape essentielle pour garantir que les tombes non marquées et les lieux de sépulture situés à proximité des anciens pensionnats soient traités et protégés de manière respectueuse et appropriée. »

L’honorable David Lametti, C.P., c.r., député 
Ministre de la Justice et procureur général du Canada

« Une véritable réconciliation avec les peuples autochtones de ce pays passe par un compte rendu honnête des horreurs des pensionnats et de l’assimilation forcée. La GRC a un rôle central à jouer dans cette démarche, qui reconnaîtra son rôle dans le colonialisme, abordera les défis de la relation actuelle et tracera la voie pour rétablir la confiance avec les communautés autochtones. Avec 5 millions de dollars pour le Centre national des personnes disparues de la GRC pour enquêter sur les affaires non résolues, le financement proposé dans le budget 2022 est à la fois un pas significatif vers la recherche de la vérité et un autre pas en avant sur le chemin de la réconciliation. »

L’honorable Marco Mendicino,
Ministre de la Sécurité publique

« La commémoration de personnes, d’événements et de sites offre aux Canadiens une fenêtre sur le passé du Canada et sur les vérités que nous devons partager au sujet de notre histoire. Ces histoires se répercutent sur l’expérience des peuples autochtones d’aujourd’hui. En nous souvenant de ces histoires, nous espérons faire progresser la réconciliation et guérir les profondes blessures qui persistent encore aujourd’hui. Le gouvernement du Canada continuera à travailler en étroite collaboration avec les peuples et les communautés autochtones pour se souvenir, partager et comprendre les expériences douloureuses vécues par les enfants autochtones dans les pensionnats, afin que nous puissions avancer ensemble sur la voie de la guérison et de la réconciliation. »

L’honorable Steven Guilbeault 
Ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada 

« Pour la première fois, de nombreux Canadiens ont constaté l’héritage tragique du passé colonial du Canada lorsque les dépouilles de 215 enfants ont été découvertes à Kamloops, il y a presqu’un an. Alors que d’autres dépouilles sont localisées à travers le pays, cela nous rappelle douloureusement les torts du passé, le traumatisme intergénérationnel causé par le système des pensionnats et le long chemin à parcourir vers la réconciliation. Les survivants des pensionnats et leurs familles sont mes amis; ils font partie de ma communauté. Ce n’est pas de l’histoire ancienne. Les répercussions de ces institutions se font sentir encore aujourd’hui. Nous devons accomplir ce travail important en partenariat et en soutien aux communautés autochtones, en honorant la mémoire de tous ceux qui ne sont pas rentrés chez eux, en honorant la vie de ceux qui ont survécu et en les aidant à guérir, et en veillant à ce qu’aucun Canadien n’oublie ce qui s’est passé ici, afin que cela ne se reproduise plus jamais. »

L’honorable Daniel Vandal, c.p., député  
Ministre des Affaires du Nord, ministre responsable du développement économique des Prairies et ministre responsable de l’Agence canadienne de développement économique du Nord.

Faits en bref

  • En 2021, 9,6 millions de dollars sur trois ans ont été fournis en plus des 13,4 millions de dollars sur cinq ans annoncés dans le budget de 2021 pour soutenir les initiatives qui commémorent l’histoire et l’héritage continu des pensionnats, y compris les événements et les activités marquant la Journée nationale pour la vérité et la réconciliation. Toujours en 2021, un nouveau financement de 20 millions de dollars a été mis de côté pour la construction d’un monument national à Ottawa.
  • Le budget 2022 propose :
    • 209,8 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2022-23, à Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada pour accroître le soutien accordé aux communautés pour documenter, localiser et commémorer les lieux d’inhumation dans les anciens pensionnats; pour soutenir les activités du Centre national pour la vérité et la réconciliation et la construction d’un nouvel édifice; et pour assurer la divulgation complète des documents fédéraux liés aux pensionnats.
    • 10,4 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2022-23, à Justice Canada pour appuyer la nomination d’un interlocuteur spécial qui travaillera en collaboration avec les peuples autochtones et fera des recommandations de changements pour renforcer les lois et les pratiques fédérales visant à protéger et à préserver les lieux de sépulture non marqués.
    • 5,1 millions de dollars à Sécurité publique Canada pour faire en sorte que la Gendarmerie royale du Canada puisse continuer à renouveler et à renforcer les relations existantes entre le Centre national pour les personnes disparues et les restes non identifiés (CNPDRN), les communautés autochtones et les services de police afin de fournir un soutien aux enquêtes sur les personnes disparues et les restes non identifiés.
    • 25 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2022-23, à Bibliothèque et Archives Canada pour soutenir la numérisation de millions de documents relatifs au système fédéral des externats, ce qui permettra aux survivants et à tous les Canadiens d’y avoir accès.
    • 25 millions de dollars sur trois ans, à compter de 2022-23, à Parcs Canada pour soutenir la commémoration et des sites des anciens pensionnats.
  • La ligne d’écoute de la Résolution des questions de pensionnats indiens offre du soutien aux anciens élèves des pensionnats. Jour et nuit, ils peuvent avoir accès à des services de soutien affectif et d’aiguillage en situation de crise en composant le 1-866-925-4419.
  • La Ligne d’écoute d’espoir pour le mieux-être est aussi disponible pour les Autochtones par téléphone, au 1-855-242-3310, ou par l’entremise de la messagerie instantanée sur leur site Web.

Liens connexes

Articles relatifs

Restez connecté

2,684FansJ'aime
403SuiveursSuivre
- Publicité -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Dernières nouvelles