12 C
Sept-Îles
mercredi, 10 août 2022

La Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis célèbre son deuxième anniversaire

La ministre des Services aux Autochtones, Patty Hajdu, a fait la déclaration suivante aujourd’hui :

« Le mois de janvier 2022 marque le deuxième anniversaire de l’entrée en vigueur de la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Cette loi historique élaborée conjointement vient affirmer la compétence des groupes, des communautés et des peuples des Premières Nations, des Inuits et des Métis en matière de services à l’enfance et à la famille. De plus, elle vise à orienter la prestation des services offerts aux enfants autochtones en énonçant des principes nationaux concernant les intérêts supérieurs de l’enfant, la continuité culturelle et l’égalité réelle. Le Canada est déterminé à mettre fin au problème continu de la surreprésentation des enfants autochtones pris en charge en investissant dans une démarche menée par les Premières Nations, les Inuits, les Métis, afin que les enfants autochtones puissent grandir dans leur communauté, entourés de leurs proches et plongés dans leur culture.

Depuis l’entrée en vigueur de la Loi il y a deux ans, 59 organismes de gouvernance autochtones représentant plus de 120 groupes, communautés et peuples autochtones ont présenté des avis et des demandes concernant l’exercice de leur compétence en matière de services à l’enfance et à la famille. À la suite de ces démarches, 18 tables de discussion visant la conclusion d’accords de coordination ont été établies.

Les tables de discussion sur les accords de coordination permettent à un groupe, une communauté ou des personnes autochtones de travailler avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral concernés pour déterminer les responsabilités, les processus et la coordination des services afin d’assurer l’exercice harmonieux et efficace de la compétence en matière de services à l’enfance et à la famille.

En juillet 2020, la Première Nation Cowessess a signé le premier accord de coordination en vertu de la Loi avec le gouvernement du Canada et celui de la Saskatchewan. La loi de la Première Nation, la Miyo Pimatisowin Act, met l’accent sur la prévention et sur la présence des ressources requises par les familles pour surmonter les traumatismes intergénérationnels. Nous sommes impatients de voir d’autres groupes franchir cette étape importante en adoptant leur loi sur les services à l’enfance et à la famille et en concluant des accords de coordination avec le Canada, les provinces et les territoires dans les prochaines années.

Pour faciliter la mise en œuvre de la Loi, du financement axé sur le développement des capacités est mis à la disposition des groupes, des communautés et des personnes autochtones qui s’emploient à jeter des bases solides pour l’exercice de leur compétence. À ce jour, le gouvernement du Canada a versé 56 millions de dollars à 115 groupes autochtones qui se préparent à tenir des discussions visant la conclusion d’un accord de coordination.

De plus, comme il a été annoncé le 4 janvier 2022, le gouvernement du Canada et les parties ont conclu des ententes de principes relativement à un règlement global lié à l’indemnisation des personnes qui ont subi un préjudice en raison du sous-financement discriminatoire des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations et à la réalisation d’une réforme à long terme des Services à l’enfance et à la famille et du principe de Jordan, de sorte qu’aucun enfant n’ait jamais plus à subir de la discrimination. Entre autres, cette annonce continue de jeter les bases pour les Premières Nations qui cherchent à exercer leur compétence en matière de services à l’enfance et à la famille en vertu de la Loi.

Cette loi historique aura un effet durable, car elle fait en sorte que les enfants autochtones et leur famille demeurent ensemble, dans leur communauté et leur culture. Mais surtout, elle reconnaît et affirme la compétence autochtone en plus de laisser aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis le soin de tracer la voie à suivre. »

Pour plus d’information, visitez le site Web de Services aux Autochtones Canada : Réduire le nombre d’enfants autochtones pris en charge.

Articles relatifs

Restez connecté

2,684FansJ'aime
415SuiveursSuivre
- Publicité -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Dernières nouvelles