10 C
Sept-Îles
mercredi, 10 août 2022

Angakusajaujuq : l’apprentie chamane court métrage d’animation révolutionnaire en langue inuite

Zacharias Kunuk, réalisateur du premier long métrage en inuktitut au monde, Atanarjuat : la légende de l’homme rapide (Caméra d’Or Cannes 2001, élu meilleur film canadien de tous les temps par le sondage 2015 des critiques de cinéma du TIFF) a réalisé un nouveau court métrage révolutionnaire en animation image par image. Angakusajaujuq : l’apprentie chamane est éligible pour la course aux Oscars 2021 du meilleur court métrage d’animation. BANDE-ANNONCE ICI.

Angakusajaujuq : l’apprentie chamane est une adaptation d’un conte traditionnel inuit. Une jeune chamane en formation doit faire face à son premier test : un voyage dans le sous-sol pour rendre visite à Kannaaluk, qui détient les réponses aux raisons pour lesquelles un membre de la communauté est tombé malade. Le film a été coproduit par Taqqut Productions, une société de production primée appartenant à des Inuits. Pour en savoir plus sur Taqqut Productions, cliquez ici : https://taqqut.com/ et sur Facebook, Twitter et Instagram @taqqut.

Le film a remporté de nombreux prix depuis sa première en juillet, notamment le prix FIPRESCI (Festival international d’animation d’Annecy), le prix IMDbPro du meilleur court métrage canadien au TIFF et le prix de l’Institut canadien du film (ICF) pour la meilleure animation canadienne (Festival du film d’animation d’Ottawa).

Sur la motivation derrière la réalisation du film, Kunuk a déclaré : « Nous avons tellement d’histoires incroyables qui attendent d’être racontées. Je vois ce court métrage simplement comme un outil pour recommencer à parler du chamanisme, pour que les Inuits soient fiers de leurs riches traditions spirituelles… et pour les spectateurs non inuits, un aperçu d’un monde spirituel dont ils n’ont probablement jamais entendu parler auparavant. » Voir l’introduction vidéo avec Zacharias Kunuk ICI.

Vingt ans après la première mondiale d’Atanarjuat, nous espérons que ce nouveau court métrage poursuivra la discussion menée par les cinéastes autochtones contemporains d’Amérique du Nord qui utilisent le pouvoir du cinéma et de la télévision pour récupérer la langue, la culture et l’histoire de leur point de vue et de leur voix.

Articles relatifs

Restez connecté

2,684FansJ'aime
415SuiveursSuivre
- Publicité -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Dernières nouvelles