12 C
Sept-Îles
mercredi, 10 août 2022

5 M$ pour la construction d’un nouveau milieu de vie pour les étudiantes et étudiants autochtones et leur famille à Québec

Afin d’améliorer et de faciliter l’accès aux études supérieures pour les communautés autochtones, la ministre de l’Enseignement supérieur, Mme Danielle McCann, est très fière de confirmer le déploiement du troisième projet de milieu de vie destiné aux étudiantes et étudiants autochtones et à leur famille sur le campus de l’Université Laval, à Québec. Pour ce faire, la ministre McCann a également confirmé l’attribution d’une aide financière de 5 millions de dollars à la Société immobilière du Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec (SIRCAAQ). La Société pilotera ce projet, qui s’inscrit dans la volonté du gouvernement du Québec d’offrir un continuum scolaire culturellement sécurisant aux étudiants autochtones. 

Bien plus qu’une résidence : un véritable milieu de vie adapté
Cette annonce est une autre preuve que le gouvernement met en œuvre des actions en lien avec l’accès au logement et à des services de première ligne, des conditions essentielles à la réussite scolaire de la communauté étudiante autochtone. Ainsi, au terme de ce projet, les étudiantes et étudiants autochtones qui choisissent d’entreprendre des études supérieures dans la région de la Capitale-Nationale auront accès à des logements abordables, sécuritaires et répondant à leurs besoins. À même ces nouveaux milieux de vie, des services culturellement pertinents et intégrés seront proposés aux locataires ainsi qu’aux membres de leur famille. Les espaces permettront de valoriser les cultures tout en encourageant l’autonomisation des Premières Nations en matière d’éducation. Au-delà du simple logement, la présence de membres des différentes nations dans des espaces communs où les familles et les enfants pourront se retrouver révèle toute l’importance accordée à la sécurisation culturelle, un élément essentiel de la réussite éducative.

Rappelons que ce projet est le troisième des projets de milieu de vie pour les étudiants autochtones soutenus par le ministère de l’Enseignement supérieur dans le cadre du Plan d’action gouvernemental pour le développement social et culturel des Premières Nations et des Inuits 2017-2022 et par la Société du Plan Nord dans le cadre du Plan d’action nordique 2020-2023 pour le projet à Sept-Îles. Ces projets répondent à l’une des recommandations du rapport du Groupe d’action contre le racisme (GACR), soit d’augmenter les ressources pour le logement hors communauté.

Citations :

« L’accessibilité à l’enseignement supérieur pour tous est l’une des grandes priorités de notre gouvernement. Trop souvent, le manque de logements abordables constitue un frein important à l’accessibilité aux études supérieures, notamment pour les communautés autochtones. Avec le déploiement de ce troisième milieu de vie pour les étudiants autochtones, notre gouvernement réalise de nouveau une action concrète en ce sens. Je suis très heureuse de la mise en place de ce nouveau milieu de vie bienveillant, qui favorisera à la fois la réussite éducative et l’expression de la culture de ceux et celles qui y vivront. »

Danielle McCann, ministre de l’Enseignement supérieur

« L’éloignement de la communauté peut être un obstacle à l’accessibilité ou à la poursuite des études. J’ai espoir que ce milieu de vie culturellement adapté aux besoins des étudiants autochtones et de leur famille permettra à ces jeunes d’atteindre leur plein potentiel. Grâce à ce projet, les étudiants autochtones seront mieux appuyés pour connaître tout le succès qu’ils méritent. »

Ian Lafrenière, ministre responsable des Affaires autochtones

« Il est important de continuer à trouver des solutions pertinentes culturellement pour favoriser l’inclusion des membres des Premières Nations et des Inuits. Leur participation à notre société est essentielle, et leur participation à la vie étudiante dans nos cégeps et nos universités est un facteur très important en ce sens. Je me réjouis de voir différentes organisations joindre leurs forces pour mener à bien ce projet porteur, et j’ai espoir que son achèvement contribuera à l’essor des communautés autochtones du Québec. »

Benoit Charrette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, ministre responsable de la Lutte contre le racisme et ministre responsable de la région de Laval

« Nous sommes tous mobilisés pour augmenter l’offre de logements au Québec. L’annonce d’aujourd’hui le démontre une fois de plus. Des logements abordables et bien conçus sont essentiels pour attirer les étudiants autochtones dans les collèges et les universités situés en zone urbaine. En tant que ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, j’en suis très fière et en tant que société, nous pouvons nous en réjouir, car c’est plus qu’un immeuble que nous construisons, c’est un véritable milieu de vie propice à l’épanouissement de celles et ceux qui y résideront. Voilà un autre exemple concret des efforts que nous déployons en matière d’habitation! »

Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et ministre responsable de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean

« L’Université Laval, au cœur de notre région de la Capitale-Nationale, démontre une fois de plus le sérieux avec lequel elle aborde son rôle social inclusif. Ce projet contribuera à briser l’isolement vécu par les étudiants autochtones qui doivent venir s’établir dans les grands centres urbains pour poursuivre leurs études. Ils pourront évoluer dans un milieu de vie à leur image dans notre région, et profiter de nos établissements d’enseignement supérieur. Voilà une belle façon de favoriser le rapprochement de nos communautés! »

Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique, ministre des Relations internationales et de la Francophonie suppléante et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

« La réalisation de ce milieu de vie pour les étudiantes et étudiants autochtones et leur famille sur le campus de l’Université Laval représente notre profond engagement envers la réconciliation avec les Premiers Peuples et la mobilisation qui anime notre communauté. Merci aux partenaires de ce projet porteur, qui montre la pertinence et la force de notre plan En action avec les Premiers Peuples, élaboré en l’honneur de Joyce Echaquan et qui vise à favoriser la réussite des étudiantes et étudiants autochtones. Des conditions optimales de soutien à la poursuite de leurs parcours, un environnement communautaire sain, enrichissant et culturellement sécurisant ainsi qu’un accompagnement par des personnes aînées durant leur cheminement universitaire, voici ce qui les attend à l’Université Laval. »

Sophie D’Amours, rectrice, Université Laval

« C’est en innovant que nous pouvons répondre aux aspirations des populations autochtones et ainsi contribuer à leur réussite. Cet ambitieux projet situé dans la ville de Québec, sur le campus de l’Université Laval, permettra d’enrichir la vitalité culturelle du milieu. L’éducation est la clé pour lutter contre les inégalités sociales et contribue à l’accroissement économique de notre société. »

Tanya Sirois, vice-présidente de la SIRCAAQ

Faits saillants :

  • L’aide financière accordée au projet de milieu de vie à Québec provient d’une bonification de 18,4 M$ apportée à la mesure « Soutenir la mise en place de deux projets pilotes de centres d’hébergement pour les étudiants autochtones » du Plan d’action gouvernemental pour le développement social et culturel des Premières Nations et des Inuits, annoncé le 27 novembre par le gouvernement du Québec.
  • Deux projets semblables sont en cours de réalisation à Trois-Rivières et à Sept-Îles. Présentement, 42 unités de logement sont prévues à Trois Rivières et 32 à Sept-Îles, allant du studio jusqu’au 6 ½. Des espaces communautaires, tels qu’une salle d’étude, une cuisine, un bureau pour intervenant, un centre de la petite enfance et une maternelle 4 ans, sont aussi prévus dans ces projets.
  • Ces trois projets découlent de plusieurs recommandations de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, mais également de l’action numéro 25 du Groupe d’action contre le racisme, qui demande d’augmenter les ressources pour le logement hors communauté des Autochtones.
  • Le choix de Québec comme troisième ville pour implanter un tel projet, après Trois-Rivières et Sept-Îles, a été fait au terme d’un appel de candidatures lancé par la Société immobilière du Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec.
  • L’Université Laval, fréquentée par plus de 400 Autochtones annuellement, nombre qui a triplé dans les dix dernières années, a sondé ses étudiants et diplômés issus des Premières Nations pour mieux connaître leurs besoins. Parmi les principaux constats, le besoin d’avoir un environnement plus accueillant et sécurisant ainsi que des logements pouvant accueillir les familles a été énoncé. Deux fois plus de femmes que d’hommes composent cette communauté universitaire et beaucoup d’entre elles sont des étudiantes-mères.

Articles relatifs

Restez connecté

2,684FansJ'aime
415SuiveursSuivre
- Publicité -spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

Dernières nouvelles