1re édition des Masters Indigenous Games à Toronto

Notre journaliste ayant participé aux Jeux en compagnie de ses deux filles, Léa et Mila Rankin.

Des centaines d’athlètes autochtones s’étaient donné rendez-vous pour la première édition des Masters Indigenous Games, du 12 au 15 juillet, à Toronto.

Fondés par le Conseil autochtone du sport et du bien-être de l’Ontario (Aboriginal Sport & Wellness Council of Ontario), les Masters Indigenous Games ont été créés dans un souci de répondre à l’intérêt croissant des athlètes autochtones adultes pour des événements sportifs et compétitifs d’envergure.

Héritage direct de la réussite des Jeux autochtones de l’Amérique du Nord (JAAN) de 2017

Riche de son expérience dans l’élaboration de programmes sportifs et récréatifs pour les jeunes autochtones et dans la gestion de l’Équipe Ontario pour les JAAN, le Conseil a eu l’idée de faire revivre la division des maîtres qui était autrefois organisée en marge des JAAN. Par cet événement, les organisateurs souhaitaient recréer cet espace où les athlètes autochtones adultes provenant des communautés avaient l’occasion de tisser des liens avec les jeunes et de créer ainsi des rapprochements entre les générations, par le biais du sport. « Dans les petites collectivités où les maîtres faisaient partie des JAAN, les maîtres s’entraînaient pour leurs événements et ont vraiment fait participer les jeunes et les ont impliqués », a déclaré Keir Johnston, directeur du volet sport.

Les Masters Indigenous Games

Étant conscients que la pratique du sport de compétition peut continuer tout au long de la vie, les organisateurs ont ainsi créé ces Jeux dans le but d’encourager les adultes à rester actifs et à améliorer leur santé et leur bien-être. L’objectif des Jeux est donc de donner aux adultes autochtones âgés de 20 ans et plus la possibilité de rivaliser avec leurs pairs dans une variété d’activités sportives contemporaines et traditionnelles. Pour les participants, les Jeux autochtones sont une occasion de faire de l’activité physique, de s’engager auprès de la communauté et de participer à un événement sportif de compétition.

Une première édition réussie!

C’est plusieurs centaines d’athlètes autochtones qui ont répondu à l’appel et qui ont pu démontrer leur prouesse athlétique dans l’une des sept disciplines sportives de compétition au programme, soit : le tir à l’arc, l’athlétisme, le basket-ball, le canoë, le golf, la balle-molle et le volleyball. En guise de cérémonie d’ouverture, les athlètes et leurs invités étaient conviés à un gala organisé au Musée royal de l’Ontario. Une soirée haute en couleur  lors de laquelle plusieurs performances d’artistes autochtones provenant d’aussi loin que la Nouvelle-Zélande ont donné le ton à cet événement où la promotion de la culture a pris une place considérable.

Un festival culturel

En marge des compétitions sportives, les participants et visiteurs pouvaient profiter d’une offre riche en activités et spectacles culturels présentés dans le village culturel ouvert au public, et ce, gratuitement pendant toute la durée des Jeux. Les organisateurs ont offert un véritable festival culturel en mettant en vedette des artistes, artisans, conteurs, expositions et spectacles. Ils ont réussi à faire en sorte que cet événement sportif soit également l’événement culturel autochtone de l’été à Toronto. Pour conclure les Jeux, en guise de cérémonie de clôture, les athlètes étaient invités à participer au pow-wow organisé en leur honneur sur le site du village culturel. L’événement fut qualifié de célébration sportive et culturelle à grand déploiement qui aura également permis de développer des relations entre les communautés autochtones et non autochtones.

Les organisateurs souhaitent faire revivre l’événement dans trois ans et la rumeur court que l’événement se tiendra possiblement cette fois-ci à Ottawa. Le comité organisateur espère que les athlètes se prépareront pour cet événement en faisant participer les jeunes pour ainsi les soutenir dans leur propre préparation pour les JAAN qui se tiendront en 2020 à Halifax.